Les transexuels : c’est NORMAL.

L’article portant sur Amiyah Scott et son admission au sein du casting d’Empire a sucité des réactions plutôt houleuses au sein de la communauté Bad Bitch Central. Réactions qui m’ont poussé à répondre sous la forme d’un second article.

Real bitchies been bad bitchies from BIRTH !

Real bitchies been bad bitchies from BIRTH !

Le but de cet article n’est pas de convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit. Cet article est là pour faire réfléchir, et mettre en lumière certaines choses qui ne le sont peut être pas dans la tête de certains.

Nous sommes une communauté et de ce fait, même en tant que Community Manager, je ne peux pas vous forcer à aller dans mon sens, ni contrôler ce que vous dites.

Cependant… L’homophobie et la transphobie ne sont pas les bienvenues dans une communauté qui prône l’indépendance, l’émancipation et la tolérance.

Des commentaires hautement homophobes et transphobes (que je ne vais pas citer) ont attiré mon attention.

Bad Bitch Central est accusé par des membres de la communauté de vouloir banaliser et normaliser une tare, un phénomène de mode qui est celui du « transexualisme » (pour me mettre à leur level lol).

Les principaux arguments de ces deux membres étaient que notre société actuelle n’est pas faite pour ces gens là, et que de ce fait, ils n’ont pas leur place dans cette dernière.

Un argument qui m’a beaucoup fait rire, lorsque j’ai réalisé qu’elles étaient membres de la communauté Bad B I T C H Central depuis un moment.

Comment pouvez-vous supporter Bad Bitch Central, et appeler Amiyah Scott ou Laverne Cox des enfants de Satan?

Bad Bitch is the new black !

Bad Bitch is the new black !

Extrait de la réponse de l’une des membres : « D’un point de vue sociétal, on ne peut pas accepter. »

Voici ma réponse à l’un des commentaire :

Vous n’avez RIEN n’a faire sur BBC si vous supportez les canons de la société actuelle.
 
Ce qu’Anfia Gonz**** n’a pas compris c’est que le point de vue sociétal bienveillant/bien pensant sur lequel elle se repose est le même qui voudrait l’humilier si elle avorte d’une grossesse issue d’un viol.
 
Le même point de vue qui voudrait qu’elle n’ai jamais de travail et qu’elle dépende de son mari pour tout et rien. Le même qui voudrait qu’en temps que femme de couleur elle n’obtienne jamais une réussite sociale supérieure à celle des femmes blanches, PIRE ENCORE supérieure à celle de l’homme blanc.
 
La même société qui fait croire aux jeunes filles de couleur qu’elles obtiendront ce qu’elles désirent si, et seulement si elles exploitent leur sexualité, car c’est là leur seule valeur.
 
La même société qui 3 siècles plus tôt a vendu des femmes de noires comme on vendrait des poules. Émasculé leur mari, kidnappé et violé leurs enfants l’ayant mutilée.
 
Soit très prudente, lorsque tu essaies de mettre de ton côté une société qui n’a jamais été, n’est toujours pas, et ne sera jamais de ton côté tant qu’elle sera basé sur le patriarcat et le privilège blanc/masculin.
 
Cette « société » est construite sur le patriarcat, l’oppression des femmes et des minorités de couleur et sur l’hétéronormativité. Tout ce qui sort de ces standards est aujourd’hui oppressé, d’une manière ou d’une autre.
 
Et désolé de te décevoir, mais tu ne fais pas parti, de ces standards. Aveuglée par tes problèmes tu oublies de regarder autour de toi. Si tu l’avais fait tu aurais vu d’autres femmes d’horizons différentes, des homosexuels, des transexuels, des femmes indépendantes et entreprenantes etc. Parmi elles les Bad Bitch que tu suis sur Bad Bitch Central. 
jamal, Jussie Smolett,

Jussie Smolett dans le film qui a lancé sa carrière.

En faisant mon chemin en tant que jeune noir et LGBT, j’ai réalisé avec stupeur que cette société n’était DOUBLEMENT pas faite pour moi et que je n’y aurai pas ma place. J’ai réalisé que je n’y aurait pas ma place si je ne crée pas moi même ma place, pas seulement pour moi mais aussi pour les générations futures.
Mon amour inconditionnel pour les femmes courageuses et indépendantes m’a poussé à créer Bad Bitch Central, un espace où tous ces individus qui n’ont pas leur place, peuvent accéder à la parole, et raconter leur histoires. Des femmes, mais surtout d’autres fans comme moi.
Les femmes sont oppressés, celles de couleurs le sont deux fois plus, et je ne peux pas comprendre ce qu’elles ressentent face à ces « autres » femmes, car je n’en suis pas une, mais je peux facilement imaginer.
amiyah scott, empire,

« J’ai toujours su que quelque-chose n’allait pas. Je ne me suis jamais senti moi même. »

Mais il faut comprendre que ces personnes souffrent vraiment d’un mal être. Cela les pousse vers la drogue, ou autre pour combler ce manque lorsqu’ils n’ont pas la chance d’avoir une famille derrière eux.
Le changement de sexe/genre est difficilement acceptable dans une société aussi binaire que la notre.
C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’avais du mal à accepter les femmes transexuelles (les africains colonisés sont très binaires). Il me faudrait plusieurs pages d’article pour vous expliquer en détail le fond de ma pensée sur les transexuels, mais ce n’est pas le sujet.
Sachez juste qu’à la fin de la journée, ces personnes sont aussi humaines (voir plus)  que les personnes qui les jugent. Elles sont les premières cibles de crime passionnelles car elles sont considérées comme inhumaines.
Jussie Smolett

The Skinny

Donc réfléchissez bien lorsque vous vous placez du côté de la société pour les juger. Et je ne parle pas des transexuels, mais bien de toutes les personnes qui sont oppressés d’une quelconque manière ou considérés comme anormales. Cette société vous poignarde peut être pendant que vous faites dos à d’éventuels alliés.
Pour les personnes qui veulent essayer de comprendre, je vous invite à regarder jusqu’au bout ce magnifique documentaire que j’ai réussi à trouver en français.

Share the joy
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commentaires

comments

%d blogueurs aiment cette page :